Fière de son centre historique plein de charmes, de son littoral préservé et de sa plaine gourmande, cette ville étonnante multiplie sa population par cinq en été. Un défi relevé par des habitants qui vivent toute l’année dans leur paradis entre mer et vignes.
 

 

Arriver pour la première fois à Sérignan, cela ne s'oublie pas. Quelle beauté, cette collégiale avec sa flèche qui domine le vieux village entouré de vignes. Quelle allure, ce pont rouge flamboyant qui traverse l'Orb. Sur une placette bordée de platanes, se profilent les pylônes en métal ajouré de l'artiste Daniel Buren devant la salle de spectacles La Cigalière. Déjà se devine le cœur du village avec ses ruelles aux maisons vigneronnes typiques. Car Sérignan joue de ses contrastes. Enracinée au pied de l'Orb depuis le Moyen âge, la ville est résolument tournée vers l'avenir avec des équipements publics de qualité. Médiathèque, Conservatoire, skatepark et lycée dernier cri… Sérignan affiche son goût pour la culture et l'éducation. Avec aussi le Musée régional d'art contemporain (MRAC), dans lequel de nombreux artistes ont laissé leurs empreintes et qui sont tombés sous le charme de Sérignan. Cette petite ville surprenante qui a même un port de plaisance et un camping 5 étoiles.
Mercredi, jour de marché à Sérignan. La « promenade », cœur vibrant de la ville, s'anime davantage encore que les autres jours. à l'ombre, des anciens forment 'le Sénat', s'installant en rang serré sur un banc en pierres pour refaire le monde. Autour, les terrasses sont pleines, touristes et Sérignanais se mélangeant presque sans s'en rendre compte.


« J'aime m'attabler chez Fop's pour boire un verre. La vie s'écoule tranquillement ici. Les nouveaux habitants s'intègrent vite. C'est un petit paradis », estime Bérangère, la quarantaine, juriste, native de Sérignan. « J'habite à Béziers, mais j'aime aller à Sérignan. C'est très vivant, il y a toujours du monde. Je me régale aussi avec les concerts à La Cigalière », renchérit Arthur, 23 ans, web-marketeur.

Une licorne protectrice

Ici, les adeptes de nature sont aux anges. Sur les pistes qui leur sont réservées, les cyclistes rejoignent le bord de mer. Il faut dire que le site des Orpellières, qui regorge d'oiseaux et de plantes odorantes, est un enchantement. Sérignan jouit d'un « arrière-pays » étendu sur plus de 25 km2, véritable stade à ciel ouvert pour les joggers. La plaine, riche en alluvions, offre un terrain de création rêvé pour les vignerons. Car ici, le vin est plus qu'un pilier économique, une religion.


« N'est pas Sérignanais celui qui ne boit pas du vin », ose Sylvain Amat, propriétaire de la cave Si le vin... en lançant un « Good morning » joyeux aux touristes. Foire au gras en hiver, festa boca en été, la gastronomie est souvent à l'honneur à Sérignan. « Nous avons tous un grand-père, venu d'Italie, d'Espagne ou d'Afrique qui est arrivé ici, faisait son vin sur un lopin de terre. Ce mélange des cultures qui perdure, c'est précieux », estime Simon. Ici, les traditions ont encore du sens. Fête du Paratge, carnaval… le 16 août, lors de la procession de la Saint-Roch, les propriétaires de chevaux viennent toujours faire bénir leurs bêtes. Et quand les Sérignanais se sont récemment choisi un animal totémique bien à eux, ils lui ont bien entendu donné un nom occitan : Unicòrn. La légende veut qu'un cheval magnifique prit l'apparence d'une licorne qui aida les pêcheurs à ramener du poisson et les vignerons à travailler leur terre. Nul doute que cette beauté sauvage veille sur la population. 

Sublime collegiale

C'est un bel exemple d’art gothique. Bâtie à l'origine hors des remparts de la ville vers 990, la collégiale Notre- Dame de Grâce a pris au fil de ses transformations une allure de plus en plus majesteuse. De remarquables vitraux et clés de voûtes soulignent la splendeur de ses volumes. Servant d'abri pour tous ceux qui étaient pourchassés ou voulaient laver leurs péchés, elle offre aujourd'hui un visage apaisant. Une restauration cofinancée par la commune est en cours.

2 questions à... Frédéric Lacas

Quel projet vous tient à cœur pour Sérignan ?

Il faut avoir une vision ambitieuse pour notre ville, fière de son identité et ouverte sur le monde. Je souhaite créer une liaison entre l'Orb et le canal du Midi. Des navettes fluviales et une liaison douce avec l'Orb jusqu'à Béziers sont en projet. Il s'agit aussi de gérer la fréquentation des Orpillières, notre joyau naturel. Nous avons déjà requalifié complètement la route de Sérignan-les-plages, avec l'aide du Département. Très empruntée en saison, elle est maintenant sécurisée et adaptée aux déplacements doux. Dans cette même volonté de fluidité, j'ai souhaité qu'une passerelle relie le vieux village aux plages. Elle sera bientôt ouverte. Des pistes cyclables permettent aussi désormais aux habitants comme à ceux qui viennent toute l'année à Sérignan de profiter de l'environnement exceptionnel de notre commerce. Cette nature sauvage est notre capital. Il faut le mettre en valeur.

 « Sérignan est une ville où les familles peuvent voir grandir leurs enfants »

Votre projet est aussi tourné vers la jeunesse...

C'est une ville où il fait bon vivre pour nos anciens comme pour les plus jeunes. Nous sommes bénis des dieux pas seulement pour la mer, le soleil et les vignes toutes proches. Mais aussi par la diversité de notre population et la jeunesse des habitants. Sérignan est une ville où les familles peuvent voir grandir leurs enfants. De la crèche au BTS…tous les équipements scolaires sont disponibles à Sérignan et bientôt un nouveau gymnase.
J'ai aussi à cœur d'ouvrir nos outils culturels aux jeunes. à La Cigalière par exemple, des tarifs et des spectacles sont dédiés aux enfants. Un superbe skatepark leur donne aussi de l'élan.