Véritable oasis de verdure située sur les bords de l’Orb, en contrebas de la cathédrale Saint-Nazaire, le jardin de la Plantade fait voyager les promeneurs dans un Béziers remarquable. Il suffit pour cela d’écouter les histoires d’eau que chuchotent les moulins…

Celui qui franchit les grilles du jardin de la Plantade ne peut échapper à la vigilance de vieux gardiens de pierre. Elégants dans leur robe de calcaire blanc, les moulins se dressent fièrement entre terre et fleuve. Silencieux, presque austères, devant les yeux des promeneurs qui passent, s’arrêtent, les admirent. Du haut de ses deux ans « et demi », la petite Salomé n’a pas l’air impressionnée, concentrée à aider son papa à jeter du pain dur aux canards qui naviguent tranquillement sur l’Orb. La petite fille aime venir s’amuser dans le parc, avec une petite préférence pour le toboggan et les balançoires, sur l’aire de jeux aménagée un peu plus haut. Aujourd’hui, Salomé fait du vélo sous le regard protecteur des grands platanes, à deux pas d’une partie de foot improvisée par un groupe d’enfants rieurs. Familial et tranquille, le jardin de la Plantade est apprécié des promeneurs de tous âges pour son calme discret, parenthèse bucolique au bord de l’eau où l’on vient promener son chien, pique-niquer, et bien sûr contempler la vue. Artiste installée à Portiragnes, Carole aime s’inspirer du paysage : « Je me nourris sans cesse de la nature, aujourd’hui c’est la présence de l’eau qui me fascine. »

Les moulins de Bagnols et la tour « Cordier »

Le soleil improvise des reflets dorés sur la surface apaisée de l’Orb, laissant à peine deviner la puissance d’un fleuve côtier de 136 km de long qui puise sa source sur les hauteurs des Monts de l’Escandorgue (Aveyron) avant de se jeter dans la Méditerranée. L’existence même des moulins démontre l’importance du fleuve dans le développement de la ville de Béziers. Geneviève, comme beaucoup de Biterrois, les appelle les « moulins de Bagnols »,du nom d’un petit cours d’eau qui se jette dans l’Orb. « Au Moyen-Âge, on en dénombrait une dizaine. Dans ces moulins à meule, on travaille le blé, l’huile, ou encore le tan pour les tanneurs de Béziers », raconte Jacques Nougaret, président de l’association des Amis de Sainte Aphrodise. Les cinq principaux vivent des fortunes diverses : propriété des évêques, puis du chapitre Sainte-Aphrodise, ils sont confisqués à la Révolution et rachetés par des particuliers. Certains sont détruits, emportés par le fleuve capricieux et ses crues parfois mortelles. La magnifique tour qui se reflette dans l’Orb doit son existence et son surnom de « tour Cordier » à un enfant de Béziers : Jean-Marie Cordier (1795-1859). Son nom, on le trouve inscrit sur une plaque installée sur le mur d’une maison dans laquelle il a vécu, tout au fond du jardin, près de la jolie fontaine entourée de fleurs, souvenir coloré du début du XXe siècle quand cet ancien espace boisé était devenu un jardin public où l’on cultivait des fleurs.
Serrurier de métier, Jean-Marie Cordier se révèle un ingénieur hydraulique inventif capable en 1827 de faire monter les eaux de l’Orb jusqu’à une grande citerne située sur le parvis de la cathédrale Saint-Nazaire. Un véritable exploit, qui permet de remplir d’eau fraîche les fontaines de la ville. Quelques années plus tard, il construit une haute tour sur les fondations du moulin le plus proche de l’Orb afin de l’utiliser comme moulin à eau, lui permettant de faire monter jusqu’à 800 000 litres d’eau par jour.

Le temps des ginguettes

De nos jours propriété de la ville, tout comme le jardin de la Plantade, la « tour Cordier » ne peut être visitée que lors d’événements exceptionnels comme des visites guidées ou les journées du Patrimoine. On peut alors gravir les marches de l’escalier en colimaçon qui mène à une grande terrasse semblent flotter au- dessus de l’Orb. Au loin, on aperçoit les voûtes familières du pont Vieux, tandis qu’en contrebas, un ponton de bois rappelle qu’aux beaux jours on peut déjeuner au bord de l’eau dans une agréable guinguette. Comme un clin d’oeil à une époque révolue qui rend nostalgiques les plus anciens. « Je suis responsable d’une association qui compte de nombreuses personnes âgées, sourit Lilyane. Elles aiment me parler du temps où elles venaient ici se baigner, traverser l’Orb sur des barques, et bien sûr faire la fête dans les guinguettes qui étaient tenues par la même famille des deux côtés du fleuve. » Si les Biterrois vivent moins au bord de l’eau, le lieu garde un charme tout ce qu’il y a de plus romantique. A côté du moulin, le petit Brian, 2 ans, court sous les yeux de ses parents Thomas et Anabelle. Le mois prochain, ils viendront faire ici leurs photos de mariage. Tout comme les parents d’Anabelle avant eux. Les moulins n’ont pas fini d’enchanter la vie des biterrois. 

L'INFO EN +

Devenez ambassadeur !

Le Pass Ambassadeur est une carte gratuite offerte aux habitants de l’Agglo. Nominatif, ce pass permet de bénéficier de nombreux avantages (musées, loisirs, restaurants…). Une visite insolite du territoire est notamment proposée gratuitement chaque premier samedi du mois. 4 000 habitants de l’Agglo sont déjà devenus ambassadeurs de leur territoire, l’objectif de l’office de tourisme Béziers-Méditerranée étant d’atteindre les 10 000 pass d’ici deux ans. 

Vos prochaines offres privilèges dans le cadre des visites du 1er samedi du mois (gratuites pour les ambassadeurs) :
  • le 7 mai, pour une découverte du domaine viticole de la Colombette à Béziers ;
  • le 4 juin, pour une balade à Valras-Plage ;
  • le 2 juillet, pour découvrir la réserve naturelle des Orpellières à Sérignan ;
  • le 6 août, pour la visite de Villeneuve-lès-Béziers.