Emploi et formation : l'Agglo sur tous les fronts

Avec une large offre de formations, des parcs d'activités économiques, des partenaires…, l'Agglo a plus d'une corde à son arc pour relever le défi de l'emploi. Elle a surtout la ferme intention d'agir encore et encore…


L'emploi. Un enjeu majeur sur un territoire comme celui de Béziers Méditerranée. Un territoire qui, ne nous voilons pas la face, n'est pas épargné par le contexte économique national. Mais le défaitisme et la résignation ne font pas partie du vocabulaire de l'Agglo. Celle-ci a donc décidé de prendre cette question à bras le corps et d'agir concrètement, sur tous les fronts. Car c'est une évidence : notre agglomération en a tout le potentiel. Prenez par exemple sa situation géographique privilégiée au cœur du carrefour languedocien, bordée par trois autoroutes, deux aéroports et trois ports commerciaux. Prenez par exemple ses 12 parcs d’activités économiques qui comptent près de 15 000 établissements, principalement des Très petites et moyennes entreprises (TPE/PME).Prenez par exemple ses 15 000 ha de vignobles et ses 510 000 visiteurs annuels sur les principaux sites touristiques. Prenez par exemple, enfin, ses 2 500 étudiants répartis sur 16 établissements et ses nombreux organismes de formation continue. Ajoutez à cela des partenaires économiques impliqués et investis. Et bien, en mélangeant tout cela, on obtient la clé du problème. « Grâce à notre compétence en matière de développement économique, nous avons les moyens de favoriser l'insertion sociale et professionnelle, en particulier pour les jeunes, confirme Jean-Michel Du Plaa, conseiller communautaire délégué à la politique de la ville, la culture et l'éducation. Notre rôle est donc de créer les conditions favorables à la création et la croissance des entreprises créatrices d'emplois. Cet objectif est gravé dans notre projet de territoire auquel est adossé notre contrat de ville. » C'est à ce stade qu’interviennent donc les « dispositifs publics » qui vont directement ou indirectement contribuer à la recherche d'activités et d'emplois. Derrière ce jargon institutionnel se cache en fait toute une palette d'outils.

Former les jeunes, aiguiller les publics en difficulté

L'Agglo a fait le choix de cibler ses interventions financières sur la formation et l'emploi. Soutien au pôle universitaire et aux projets de recherche, promotion pour le développement de nouvelles formations en lien avec les filières d'avenir et les besoins des entreprises, mobilisation des acteurs de l’Éducation nationale et des forces vives économiques, autant de leviers actionnés pour donner aux salariés de demain tout le bagage nécessaire. Pour appuyer les 16-26 ans sortis du système scolaire, l'Agglo peut compter sur la Mission locale d'insertion du Biterrois, présidée par Frédéric Lacas (voir en page 20). « Beaucoup de choses nous sont proposées, témoigne Cyrielle. Les visites en entreprise, les échanges, les stages… tout cela nous permet de voir concrètement en quoi consistent nos futurs métiers avec les différentes responsabilités et également les types de structures où l’on peut  exercer ce travail. » Grâce au Plie, le Plan local pour l'insertion et l'emploi, la MLI peut aussi orienter les publics durablement éloignés de l'emploi vers un suivi personnalisé, des stages de découverte du monde de l'entreprise, des formations organisées par d'autres structures ou encore des chantiers d'insertion. Parallèlement, l'activité économique de la zone d'emploi du bassin biterrois étant principalement caractérisée par le tourisme, l’agriculture - et plus particulièrement la viticulture - et le secteur tertiaire, l'Agglo soutient fortement le travail saisonnier. De plus, avec la Maison du travail saisonnier Narbonne-Béziers, employeurs et employés peuvent se mettre en relation, consulter ou déposer des CV, s'informer sur le droit du travail, la santé et la prévention des risques professionnels, les solutions de logement, de transport, etc. « J'y ai trouvé toutes les informations que je cherchais pour mon job d'été », atteste Sylvain. Régulièrement, quand le besoin se présente, l'Agglo met en place au pied levé des journées de recrutement (sur les métiers de la mer ou des postes logistiques pour les derniers en date) ou des "job dating". Mais ici, on ne se « cantonne » pas à l'aspect formation. Béziers Méditerranée s'investit tout autant auprès de ses entreprises et de leurs chefs qui vont créer l'emploi. La preuve avec l'enseigne Décathlon qui va s'implanter à la Méridienne en 2018 avec 98 emplois maintenus et créés : le fruit de huit ans de négociations ! Son arrivée sera une véritable locomotive pour le reste du parc d'activités économiques. La preuve aussi grâce à la participation financière de l'Agglo à Initiative Béziers ouest Hérault, qui arécemment permis la création d'un snack à Béziers avec deux emplois à la clé.

Accueillir des entreprises qui créeront l'emploi

On n'oubliera pas non plus le dispositif Créacités qui entend favoriser l’émergence d’initiatives à potentiel au sein de quartiers prioritaires de Béziers et sensibiliser les habitants aux démarches de créations d'entreprises. Et que dire des aides à l'investissement immobilier ou de la kyrielle de partenariats engagés avec Pôle emploi, la Chambre de commerce et d'industrie, les organisations patronales, mais aussi l'Europe, l’État, la Région, etc. Cerise sur le gâteau, l'implantation imminente d'une agence de développement économique qui aura vocation à promouvoir, de Béziers Méditerranée à Narbonne en passant par la Domitienne, Lézignan et Hérault Méditerranée, toutes les potentialités économiques de l'ouest Hérault. Oui, l'Agglo est sur tous les fronts. Un coup de pouce qui donnera un job d'été aux jeunes, un travail de fourmi pour accueillir une entreprise de 200 salariés, des groupes de réflexion pour définir les attentes des uns et les besoins des autres… On n'a pas construit Rome en un jour, mais une chose est sûre, « l'emploi n'est pas une stratégie, c'est une finalité », assène Frédéric Lacas. De un à 300 emplois : chaque action compte.

Avec la MLI, l'Agglo mise sur l'emploi des jeunes

Présidée par Frédéric Lacas, la Mission locale d’insertion du Biterrois (MLI) est un lieu d’accueil, d’information et d’accompagnement individualisé pour les jeunes de 16 à 26 ans sortis du système scolaire. La MLI exerce une mission de service public et dispose d’un tas d’outils innovants et concrets pour accéder à l’emploi. Tour d’horizon…
 
A ceux qui se sentent un peu perdus à la sortie de leur cursus scolaire, la Mission locale d’insertion du Biterrois ouvre ses portes ! L’association - financée par l’Europe, l’état, la Région, le Département, Pôle emploi, l’Agglo Béziers Méditerranée et sept autres communautés de communes - offre aux jeunes une prise en charge personnalisée. Reçus par des professionnels, ils peuvent bénéficier de conseils pour définir un projet, effectuer des immersions en entreprises, disposer d’une offre de formation préqualifiante ou qualifiante, préparer leur recherche d’emploi. Aucun aspect n’est éludé dans le parcours d’insertion :mobilité, logement, accès aux droits et aux soins, aides financières, etc.

Les emplois d’avenir

Créé fin 2012, ce contrat cible les jeunes non diplômés et permet des recrutements de un à trois ans comprenant un plan de formation financé. 698 contrats de ce type ont été signés à ce jour sur le territoire. « Lorsque j’étais suivie par la MLI, ma référente m’a demandé si ce contrat m’intéressait. J’ai candidaté à l’Agglo et j’ai obtenu un poste à l’accueil, explique Laura, 25 ans. Cela fait trois ans que j’y suis. Aujourd’hui, j’ai changé de service et je vais être stagiérisée. La MLI m’a lancée dans le circuit, c’est une aide précieuse. » Pascale Vergely, la directrice, confirme : « Ces jeunes acquièrent une expérience, ils se forment et peuvent devenir acteurs de leur projet. Nous recensons beaucoup de perspectives de pérénisation tout comme nous observons de nombreuses réussites aux concours, notamment dans le secteur sanitaire et social. »

Les contrats en alternance

C'est un autre bon plan pour les jeunes. Peu connus du grand public, ils permettent pourtant d’accéder à des formations et diplômes du CAP au Bac+5. La MLI, qui s’associe également au CFA lors des journées portes ouvertes, a réuni plus de 40 organismes de formation de la région sur le salon de l'alternance, le 14 avril dernier à Sérignan, pour permettre à chacun de s’informer au mieux sur la diversité des métiers accessibles par ces contrats et de collecter des offres d’emplois. Coaching, présentation des métiers, aides à la recherche d’emploi et de centres de formation sont ainsi proposés par les équipes de la MLI qui assurent le suivi en entreprise pour sécuriser le contrat de travail. Chaque année, 200 jeunes suivis par la MLI signent un contrat. 82% des apprentis sont en poste à l’issue de leur contrat. Qui dit mieux ?

Le dispositif Garantie jeunes

Pour les 18-25 ans en situation de précarité mais motivés pour travailler et prêts à s’engager dans un parcours dynamique vers l’emploi, l'état a confié à la MLI la mise en place, depuis septembre 2015, du dispositif « Garantie jeunes ». Ce programme d’accompagnement renforcé, financé par l’état et l’Europe, est expérimental sur dix territoires depuis trois ans et comptabilise près de 60% de taux d'accès à l'emploi. Il permet aux jeunes d’être soutenus pendant un an. Leur parcours débute par une session collective de quatre semaines destinée à les coacher et les outiller pour se rendre ensuite dans les entreprises. Le programme comprend des ateliers réalisés sur place, à la MLI, mais aussi des sorties diverses, en entreprises, à la médiathèque, etc. 80 jeunes ont intégré ce programme en 2015 et 240 places sont financées pour 2016. Les résultats sont déjà plus qu’encourageants pour 46% des jeunes : 7% des bénéficiaires sont en formation, 36% en emploi et 57% en immersion en entreprise. Thibaut peut en témoigner : « J’ai 23 ans, je suis passionné de coiffure et ne pensais pas trouver un apprentissage à mon âge. Mon conseiller MLI m’a proposé une immersion en entreprise et une journée au CFA pour découvrir le métier. Je vais signer un contrat d’ici quelques jours. C’est très valorisant. »

Le service civique

Cette forme d’engagement citoyen permet aux jeunes de se mobiliser sur des causes utiles à notre société, en complément de l’activité des salariés : environnement, santé, éducation pour tous, loisirs et culture, mémoire et citoyenneté. Les missions proposées par les associations, collectivités locales ou établissements publics permettent aux bénéficiaires de s’épanouir, de se forger une expérience, de valoriser leurs compétences. « Les missions durent 6 mois, à temps partiel, cumulables avec des études ou un contrat de travail à temps partiel. Le volontaire perçoit un défraiement, explique Pascale Vergely. La Mission locale prend en charge l’intégralité des formalités administratives pour que cette mesure se développe sur le territoire. » On l’aura compris, l'équipe de professionnels de la MLI déploie toute son énergie pour que les jeunes (re)trouvent le chemin de l’emploi. Résultat : en 2015, 5 000 jeunes ont été accompagnés par la MLI, dont 74% résidant dans l’Agglomération. 32% ont accédé à l’emploi, 12% à la formation.  

De la parole aux actes

Entre dispositifs en faveur des publics en insertion, convention avec ses partenaires, soutien à l'enseignement et la formation et aides à l'implantation d'entreprises, l'Agglo passe à l'action !
  • Des clauses d'insertion dans les marchés publics : ce dispositif auquel l'Agglo a recours permet de faciliter l'intégration des demandeurs d'emploi dans des projets de requalification urbaine. Lors des marchés publics d'appels d'offres, une clause est ainsi intégrée afin que les entreprises qui y répondent s'engagent à embaucher des personnes en insertion ou en formation dans leurs équipes.
  • 98 emplois créés et maintenus avec l'arrivée de Décathlon : au terme d'une longue négociation, l'enseigne va enfin s'implanter sur le parc d'activités économiques de la Méridienne. Près de 100 emplois seront créés et maintenus. Et l'Agglo se mobilise toujours pour pouvoir accueillir Leroy Merlin et les 300 emplois à la clé...
  • Une convention avec Pôle emploi : réussir à satisfaire les offres de recrutement des entreprises nouvelles ou en développement, apporter aux entreprises - dans le cadre de leurs projets d’implantation ou de développement sur le territoire - des informations qui ont trait à leurs besoins de recrutement, mobiliser les dispositifs d’aides à l’embauche et de formation pour la requalification et l’adaptation à l’emploi, s'appuyer sur l’offre de service de Pôle emploi en vue de faciliter la prise en charge des conjoints demandeurs d’emploi de salariés arrivant sur le territoire : tels sont les objectifs de la convention, soutenue par l’État, que l'Agglo a signée avec Pôle emploi.
  • Soutien financier aux organismes de formations : 6 000€ pour la création de Cime Art, la nouvelle école d'arts graphiques à Béziers, 7 000€ pour garder l'antenne biterroise de Sup Exup dans la ville-centre, 10 000€ pour l'aménagement d'un atelier de soudure installé dans les locaux de CCI Sud Formation : l'Agglo donne de sacrés coups de pouce pour former au mieux les salariés de demain !
  • Créacités pour les quartiers prioritaires : afin de favoriser l'emploi dans les trois quartiers prioritaires de Béziers, l'Agglo, l’État et les acteurs économiques ont mis sur pied, à l'initiative de la BGE Grand Biterrois, le dispositif Créacités. Une structure de proximité où les habitants de ces quartiers peuvent s'assurer de la solidité d'un projet avant d'être orientés vers les acteurs traditionnels de la création/reprise d’entreprise. Des permanences sont installées à la résidence Chapat (1 av. Wilson) et dans l'immeuble Icosium (rue d'Alger).
  • Des chantiers d'insertion dans les villages : porté par la Maison de l'emploi, le Plan local pour l'insertion et l'emploi (Plie) est un outil de proximité pour les personnes éloignées de l'emploi (allocataires des minima sociaux, demandeurs d'emploi de longue durée, sans qualification ou reconnus comme travailleurs handicapés). Le Plie épaule ces publics dans un parcours d'insertion professionnelle en mobilisant les entreprises afin de leur proposer des offres d'emploi adaptées. Le dispositif met notamment en place des chantiers d'insertion rémunérés pour leur faire découvrir et les former à un métier, en partenariat avec les communes. Le club house de Bassan a par exemple été agrandi grâce à un chantier d'insertion.
  • Un partenariat avec IBOH : l'association Initiative Béziers Ouest Hérault (IBOH) octroie des prêts d'honneur aux créateurs ou repreneurs d'entreprises sur l’arrondissement de Béziers afin de leur permettre de lever les financements bancaires nécessaires à la réalisation de leur projet. Depuis 1995, elle a accompagné  plus de 550 entreprises et participé à la création et au maintien de plus de 2 200 emplois. L'Agglo, comme d'autres partenaires, participe depuis 2010 au fonctionnement d'IBOH par l'attribution d'une subvention de 25 000 €.