Discours FREDERIC LACAS 8 juillet 201

Inauguration 9 écluses de Fonséranes, BEZIERS

(seul le prononcé fait foi)

 

Monsieur le Préfet,

Mesdames et Messieurs les Députés et Sénateurs,

Madame la Présidente de Région,

Monsieur le Président du département,

Mesdames, Messieurs les représentants des corps constitués, Messieurs les Présidents d'intercommunalités,

Mesdames, Messieurs les maires,

Mesdames, Messieurs les conseillers régionaux, départementaux, communautaires et municipaux

Mesdames, Messieurs les agents territoriaux et municipaux, Mesdames, Messieurs les chefs d’entreprises

Mesdames, Messieurs, Chers amis,

 

Aujourd’hui, un peu en dehors des longs protocoles, c’est avec le cœur d’un enfant du biterrois que je veux m’adresser à vous.

Fonséranes est un lieu unique en France. J’y suis venu en famille, avec des amis, en courant ou à vélo le dimanche.

J’y ai amené des touristes, je l’ai fait découvrir avec fierté mais avec aussi le sentiment amer et controversé d’un site exceptionnel délaissé, trop ignoré, clairement abandonné.

J’ai souvent regretté l’impuissance et le manque de volonté de nos institutions qui se sont cachées derrière de faux prétextes pour ne pas prendre leurs responsabilités.

Elles avaient tort et je suis fier d'avoir aidé à corriger cette façon de voir.

Aux 9 écluses comme ailleurs : rendre à Béziers sa fierté doit être plus fort que n’importe quelle autre difficulté !

Fais de ta vie un rêve et de ton rêve une réalité ! a dit St Exupéry.

Ce lieu, je l’ai rêvé plus grand et plus beau des milliers de fois. Aujourd’hui, comme pour beaucoup d’autres projets sur le biterrois, l’agglo lui redonne un nouveau souffle. 

Je remercie pour cela tous ceux qui m’ont accompagné dans cette belle aventure.

 

Nous avons l’honneur d’avoir parmi nous cet après-midi des descendants directs de Pierre-Paul Riquet. Je tiens à les saluer et à les remercier pour leur présence.

Ils savent l’énergie et les risques pris par leur ancêtre pour bâtir cet ouvrage d’art monumental.

Ils mesurent l’audace et l’opiniâtreté qu’il lui a fallu pour mener à bout ce gigantesque chantier.

En innovant malgré l’à priori des techniciens...

En s’affranchissant de certaines règles...

En bouleversant les idées établies...

Il a réussi là où tant d’autres auraient échoué !

Oui, Pierre Paul Riquet était un grand homme.

Il a su convaincre Colbert et Louis XIV de relier l'Atlantique à la Méditerranée pour faire du Canal du midi un outil économique formidable.

Son ouvrage était à l’époque, après Versailles, le plus important chantier de France.

 

Nos historiens Robert CAVAILLÉ et Jacques NOUGARET m’ont même dit que, s’adressant au Roi, le Marquis de Vauban écrira cela : « Sire, je donnerais tout ce que j’ai et tout ce qui me reste à faire pour être l’auteur d’un ouvrage si admirable et utile pour votre Royaume ».

Notre génie était aussi avant-gardiste sur le plan social en innovant dans le droit du travail, en offrant aux milliers d’ouvriers le paiement des arrêts maladie, des salaires supérieurs à la moyenne, des logements à prix modérés.

Aucune dépense, aucun sacrifice ne l’arrêtaient pour le perfectionnement et la qualité de son ouvrage.

La tête bien dure, l’esprit malin, solidaire avec les siens et ne reculant jamais devant le labeur... Aucun doute : Pierre-Paul Riquet était un biterrois !

 

Un peu de son sang coule dans nos veines. J’en ai tiré personnellement ma motivation pour redonner à ce joyau la place qu’il méritait.

Même s’il a fallu remuer ciel et terre pour en arriver là, nous l’avons fait dans le dialogue, avec patience et obstination.

Bientôt dix ans que je travaille sur ce grand projet. Si les obstacles ont été nombreux, ils n’ont jamais freiné ma détermination. Bien au contraire !

J’ai commencé ce projet dans le mandat précédent, en tant que vice-président au tourisme et président de l’office de tourisme.

Raymond COUDERC a su me faire confiance, il est ici présent et je l’en remercie.

 

Dans l’un de mes premiers discours en tant que Président de l’agglomération, j’ai cité cette phrase de Nelson Mandela que j’ai fait mienne depuis longtemps : « cela semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse ».

Epaulé par des élus convaincus, accompagné d’agents territoriaux ici présents dont je tiens à souligner le professionnalisme et l’engagement, conseillé par des experts et des architectes brillants, j’ai pris mon bâton de pèlerin pour réunir les moyens qui manquaient à nos ambitions.


 

Dans ce projet de 13 millions d’euros,

L’Europe et L’Etat, Monsieur le Préfet de Région, Pascal MAILHOS, nous financent à 19 %

La Région Occitanie, Madame la Présidente de la Région Occitanie, Carole DELGA, nous octroie 19 %

Le Département Hérault, Monsieur le Président Kléber MESQUIDA, nous donne 18 %.

Soit plus de 55 %, MERCI.

Et bien sûr, notre agglomération finance 41 % restants et la ville de Béziers 3 %.

Je n'oublie pas non plus deux partenaires de la première heure : les Voies Navigables de France qui nous concèdent le site et Enédis, mécène à hauteur de 200 000 euros

Ils nous ont tous fait confiance et je les en remercie. Ils ont joué un rôle capital et ont été solidaires : sans eux, nous n’en serions pas là !

Ce lien perdu que j'ai su recréer est indispensable pour le biterrois. Ne le perdons pas de vue.

 

Le vrai nouveau souffle de Béziers est là : c’est l’Agglomération avec des millions d’euros investis par et avec ses partenaires publics

Oui ! L’Agglo c’est :

Fonséranes, les Jeudis de Béziers et les Soirées Divines, les façades à Béziers et dans les villages, les halles, les opérations immobilières, la rénovation des quartiers prioritaires, les équipements sportifs, culturels et universitaires, les zones d’activité économique, la baisse du prix de l’eau.

Oui, aujourd’hui l’Agglomération donne un nouveau souffle à Béziers et aux 16 autres communes du biterrois.

Ce nouveau souffle est celui de tout un territoire. Celui d’un département, de toute une Région.

C’est comme cela que la politique et les politiques doivent agir. Unis pour des projets. Pour leurs habitants.

Je n’aime ni les agités ni les gens trop tranquilles. Les uns comme les autres ne font rien avancer. Je préfère les gens sérieux qui ont pour le territoire de grandes ambitions.

Ici ou ailleurs, dans nos campagnes ou sur un stade de rugby, toutes nos luttes ont été collectives. Toutes nos victoires ont été partagées. Celui qui lutte seul contre tous a perdu son combat d’avance.

Alors en ce jour de fête et de célébration, j’invite certains à agir modestement, comme Pierre-Paul Riquet, pour un motif plus noble que celui de leur propre intérêt.

Les neuf écluses de Fonséranes accueillent 450 000 visiteurs. Elles sont notre Tour Eiffel, une des vitrines de notre savoir-faire et la porte d'entrée de notre territoire.

Les travaux qui ont été réalisés sont d’une rare qualité. J’en profite pour saluer les 50 entreprises qui ont œuvré sur le chantier. La plupart sont d’ici et j’en suis fier. C’est aussi cela le sens de l’investissement public !

 

Je voudrais remercier à ce propos la Direction du tourisme et son vice-président Guy COMBES Vice-président au Tourisme, les directions techniques et financières de l’agglo sans oublier bien sûr notre équipe de maîtrise d'ouvrage, Alep Inca, et son pilote Philippe DELIAU qui a concrétisé notre vision.

Ici même dans la Maison du Coche d'Eau, un espace scénographie retrace l’histoire du Canal. Des livres et des BD d’auteurs locaux la content à leur manière.

Au rez-de-chaussée, tous les vins du terroir sont mis en vente en circuit court au bénéfice de nos vignerons et des producteurs locaux.

Juste à côté, le restaurant panoramique nous offre une vue imprenable sur la ville et sa majestueuse cathédrale.

Et puisque je vous ai dit que je laissais parler mon cœur, je souhaite qu’un jour il y ait une liaison directe innovante, ambitieuse, de type télécabine, qui relie Fonséranes au centre- ville pour assurer à nos commerçants et nos restaurateurs de belles retombées économiques.

Je le dis comme je le pense : dans l’avenir un téléphérique permettrait une revitalisation immédiate du centre-ancien !

Comme au temps de Pierre-Paul Riquet, que ceux qui veulent en rire ou s’abriter derrière de fausses difficultés s’en donnent à cœur-joie.

C’est leur droit, leur choix. Béziers, je le pense, pourrait le regretter.

 

Fonséranes doit être le signe fort d’une ambition bien plus grande pour le biterrois. Nous avons toutes les clés pour bâtir et réussir.

Long de 240 kilomètres, traversant 90 communes et 3 départements, le canal du Midi est une chance pour notre Occitanie. C’est une destination touristique.

Ensemble, nous devons le faire scintiller à l'échelle mondiale pour attirer une clientèle internationale toute l'année.
Partout, il faut voir le Canal du Midi comme le fil conducteur de nos projets de développement.

 

  • A Béziers, nous allons poursuivre nos investissements en aménageant les berges du Quai Port notre dame pour en faire un quartier requalifié. Nous allons changer les axes de circulation sur le Faubourg pour améliorer la vie des riverains et en faire une belle entrée de ville. Et nous allons aménagemer avec la ville une liaison piétonne et cyclable entre ce secteur ouest, le Pont Canal et notre belle Cathédrale.
  • A Valras et Sérignan, nous lançons la construction d'un nouvel écoport de 1200 places sur l'Orb, que nous rêvons de relier comme autrefois au Canal du Midi. Béziers les pieds dans l'eau est à notre portée...

Partout, il faut voir les abords du Canal du Midi comme la carte d’identité de nos territoires. De la vigne aux sites patrimoniaux, des villages de l’arrière-pays à ceux du littoral, nous avons des trésors à préserver et faire valoir.

L’obtention des labels Grand site de France et Grand site d’Occitanie sera un déclencheur. Ici nous en sommes convaincus et nous y travaillons d'arrache-pied. Je salue à ce sujet tous les acteurs concernés, les élus en tête qui, au-delà des territoires et des clivages politiques, œuvrent pour mener à bien nos projets.

C’est dans cet esprit que nous avons conçu cette belle fête qui nous réunie tous aujourd’hui pour célébrer ensemble la fin d’un grand chantier.


Je félicite chaleureusement les agents de l’agglomération, tout particulièrement Cécile Lafontan et Gilles Panné, ceux de la ville de Béziers, ceux des services de l’Etat, les représentants des corps constitués ainsi que les membres de la compagnie Merversible qui ont pensé et préparé ensemble cette belle journée. Merci à vous !

Mesdames et Messieurs, chers amis,

Un grand chantier s’achève.C'est déjà une réussite.

Il nous reste à faire quelques ajustements et quelques réglages.

L'accessibilité, les points d'éclairage, les tarifs du parking: ce qui veulent critiquer, toujours les mêmes au demeurant, s'en donnent à coeur joie.

Mais quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt.

Oui, ce soir, un grand chantier s'achève mais l'histoire ne fait que commencer.

Elle s’annonce belle et couronnée de succès.

Cette histoire, c’est à vous et à nous de l’écrire, pour que demain

nos descendants puissent à leur tour en tirer leur fierté.

MERCI !